Dieu nous garde…

Une adolescente de 17 est allée rendre visite à des amis dans la soirée et le temps s’est vite écoulé pendant que chacune d’elles racontaient ses expériences passées.

 

Elle a fini par rester plus longtemps que prévu, et a décidé de marcher seul pour se rendre à la maison. Elle n’avait pas peur parce que c’était une petite ville et elle habitait à quelques rues de là.

 

Comme elle marchait le long de la rue sous de grands arbres, Diane demanda à Dieu de la garder de tout danger. Lorsqu’elle atteint le couloir qui était un raccourci vers sa maison, elle a décidé de l’emprunter.
Cependant, à mi-chemin dans l’allée, elle a remarqué un homme debout au bout de l’allée, comme s’il l’attendait. Elle commença à s’inquiéter et commença à prier, demandant à Dieu sa protection. Instantanément un sentiment réconfortant de calme et la sécurité l’enveloppa, elle senti une présence autour d’elle.

 

Quand elle atteint la fin de l’allée, elle dépassa l’homme et arriva à la maison en toute sécurité. Le jour suivant, elle lut dans le journal qu’une jeune fille avait été violée dans la même allée juste vingt minutes aprés qu’elle soit passée. Se sentant dépassés par cette tragédie et par le fait que ça aurait pu être elle, elle se mit à pleurer.

 

Remerciant le Seigneur de l’avoir gardé et aussi pour aider cette jeune fille. Elle décida de se rendre à la police.

 

 

Elle sentait qu’elle pouvait reconnaître l’homme, alors elle leur expliqua son histoire. La police lui demanda si elle serait prête à parcourir une liste d’individus pour voir si elle pouvait identifier ce malfaiteur, ce qu’elle accepta et fini par identifier l’homme qu’elle avait vu dans la ruelle la nuit précédente.

 

Quand l’homme entendit qu’il avait été identifié, il tomba immédiatement en sanglot et avoua son méfait. L’officier remercia Diane pour son courage et lui demanda si elle avait autre chose à dire.

 

Elle a demanda si elle pouvait poser une question à l’homme. Diane était curieuse de savoir pourquoi il ne l’avait pas attaqué. Lorsque le policier lui a demanda, il a répondu: “Parce qu’elle n’était pas seule. Elle avait deux grands hommes qui marchaient de chaque côté d’elle. ”
C’est bien étonnant, mais que vous le croyez ou non, n’êtes jamais seuls.

 

Transmis Webmaster


Partager sur les réseaux sociaux